CDPC

 

EMAIL NOT DISPLAYING - CLICK HERE TO VIEW IN YOUR BROWSER

Canadian Drug Policy Coalition
 
  We are working to transform our country's political, medical, and legal approach to drug policy.  
 
 
 
twitter   facebook       rss  
Français
 
 
 
  Monday, September 30, 2013

CDPC, AIDS Law and PIVOT

---FOR IMMEDIATE RELEASE---

On 9/30, It’s Time To Act!

Re: On second anniversary of Supreme Court ruling in support of Insite, open letter to federal Health Minister demands action on supervised consumption services

Today the Canadian Drug Policy Coalition, the Canadian HIV/AIDS Legal Network, and PIVOT Legal Society released a copy of an open letter sent to federal Minister of Health Rona Ambrose. The letter expresses widely-shared concerns about attempts by the federal government to hold back the implementation of life-saving health services for people with addictions, in the face of extensive scientific evidence of their benefits in protecting public health and public safety.

The letter, which has garnered broad support from organizations across Canada and even international endorsement, was signed by more than 50 organizations, including those representing health professionals such as the Canadian Nurses Association.

The letter is being released today (September 30th, or 9/30) to mark the two-year anniversary of the decision by the Supreme Court of Canada in support of Insite, Vancouver’s supervised injection service, to continue to save lives and promote public health. You can view a copy of the letter here.

“At a time when the issue of mental health and addiction is high on the list of stated priorities for the public and local authorities, the federal government’s inaction on supporting services like Insite, that engage the most marginalized and severely addicted members of our families and communities, is deplorable,” said Donald MacPherson, Director of the Canadian Drug Policy Coalition. “Supervised consumption services are an integral part of the continuum of harm reduction and drug treatment services.  Playing politics and blocking the implementation of these services does a disservice to Canadians and undermines the health and safety of our communities.”   

In 2007, the federal government refused to grant a continuation of the legal exemption to Insite, a supervised injection facility in Vancouver that had been operating since 2003 pursuant to an exemption under section 56 of the Controlled Drugs and Substances Act (CDSA).  It was the first – and remains the only – exemption issued to date in Canada to permit a supervised injection service to operate without the staff and users of the health facility risking criminal prosecution.  Proponents of Insite, including the Portland Hotel Society, the Vancouver Area Network of Drug Users (VANDU), and two individuals whose lives had been saved by Insite, challenged the government’s refusal and were ultimately forced to take the fight to the country’s highest court.

On September 30, 2011, the Supreme Court of Canada declared the federal Minister of Health had violated the constitutional rights of people who need access to such a health facility, contrary to the Canadian Charter of Rights and Freedoms.  The Court ruled in favour of Insite, declaring that the evidence has established the benefits of this health service and that “it saves lives.”  The Court therefore ordered the Minister to grant a continued exemption.

However, in June of this year, the government introduced Bill C-65, which outlined numerous, onerous requirements to be met by groups seeking to establish similar services. Bill C-65 would have required applicants to demonstrate broad-based community and other support for these services, which will make it more difficult to obtain the necessary exemption to the CDSA. No other health service is required to obtain such high level of support from municipal, police and other officials, to whom Bill C-65 would have given the power effectively to veto the delivery of such health services.  Bill C-65 died on the Order Paper when Parliament was prorogued earlier this month.  It remains to be seen whether the government will re-introduce the bill when Parliament resumes.

“Undoubtedly, Bill C-65 would create barriers that would be practically impossible for an applicant to break through,” said Scott Bernstein, Lawyer with Pivot Legal Society. “The courts have recognized that these kinds of legislative barriers are unconstitutional and put the lives and well-being of marginalized persons at risk.  We would like to see the federal government support evidence-based policies instead of creating roadblocks based on ideology.”

“Bill C-65 was an irresponsible initiative that ignored both human rights and the extensive evidence that such health services are needed and effective,” said Richard Elliott, Executive Director of the Canadian HIV/AIDS Legal Network. “Rather than resume efforts to block health services, the Health Minister should work with community agencies to scale them up so as to protect the health and safety of our communities and our family members and loved ones struggling with problematic drug use.”

For more information:

Donald MacPherson
Director
Canadian Drug Policy Coalition
Donald_MacPherson@sfu.ca
Tel: 778- 782-9355

Gilleen Witkowski
Communications and Media Relations Officer
Canadian HIV/AIDS Legal Network
gwitkowski@aidslaw.ca 
Tel.: 416 595-1666 ext. 236 / 416 906-5554 (cell)

Scott Bernstein
Lawyer
PIVOT Legal Society
scott@pivotlegal.org
Tel.: 604-255-9700 x109 /778-228-2992 (cell)


The Canadian Drug Policy Coalition is a partner project with the Centre for Applied Research in Mental Health and Addiction (CARMHA), a research centre based at the Faculty of Health Sciences at Simon Fraser University's Vancouver campus. 


CDPC, AIDS Law and PIVOT

LE 30 SEPTEMBRE (9/30), LE TEMPS EST VENU DE PASSER A L'ACTION !


À l'occasion du deuxième anniversaire de la décision de la Cour Suprême en faveur d'Insite, une lettre ouverte adressée à la ministre fédérale de la Santé demande que des mesures soient prises face aux services de consommation supervisée.

À l'occasion du deuxième anniversaire de la décision de la Cour Suprême en faveur d'Insite, une lettre ouverte adressée à la ministre fédérale de la Santé demande que des mesures soient prises face aux services de consommation supervisée.

La Coalition canadienne des politiques sur les drogues, le Réseau juridique canadien VIH/sida et la Pivot Legal Society ont publié aujourd'hui une copie de la lettre ouverte envoyée à la ministre fédérale de la Santé Rona Ambrose. Cette lettre fait état des préoccupations largement partagées concernant les tentatives du gouvernement fédéral à faire obstacle aux services de santé pouvant sauver la vie des personnes souffrant de dépendances, malgré les preuves scientifiques irréfutables des avantages que ces services confèrent en termes de protection de la santé et de la sécurité publiques.

Cette lettre, qui a obtenu le large appui d'organismes d'un bout à l'autre du Canada, et même l'approbation internationale, a été signée par plus de 50 organismes, y compris ceux représentant les professionnels de la santé, tels que l'Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La lettre sera publiée aujourd'hui (le 30 septembre, ou 9/30), à l'occasion du deuxième anniversaire de la décision de la Cour suprême du Canada en faveur d'Insite, le service d'injection supervisé de Vancouver, pour continuer à sauver des vies et pour promouvoir la santé publique. Une copie de cette lettre est disponible ici.

« À l'heure où les questions de santé mentale et de dépendance figurent au sommet de la liste des priorités des autorités publiques et locales, l'apathie du gouvernement fédéral envers les services de soutien tels qu'Insite, qui engagent les membres les plus marginalisés et les plus sévèrement dépendants de nos familles et communautés, est déplorable, » déclare Donald MacPherson, Directeur de la Coalition canadienne des politiques sur les drogues. « Les services de consommation supervisée font partie intégrante du continuum de services de réduction des risques et de traitement des toxicomanies. Faire de la politicaillerie, et empêcher la mise en oeuvre de tels services, nuit au bien-être des canadiens et à la santé et à la sécurité de nos collectivités. »

En 2007, le gouvernement fédéral a refusé de maintenir l'exemption légale préalablement accordée à Insite, un site d'injection supervisée de Vancouver, qui avait ouvert ses portes en 2003, suite à une exemption légale à la section 56 de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances  (CDSA). Il s'agit de la première (et seule) exemption légale accordée à ce jour au Canada, autorisant le personnel et les utilisateurs d'un service d'injection supervisée d'exercer leurs fonctions sans risque de poursuite pénale. Les partisans d'Insite, y compris la Portland Hotel Society, VANDU (le réseau des consommateurs de drogues de la région de Vancouver) et deux individus dont les vies ont été sauvées grâce à Insite, ont mis en cause le refus du gouvernement et ont finalement présenté la cause au tribunal suprême.

Le 30 septembre 2011, la Cour suprême du Canada a déclaré que la ministre fédérale de la Santé avait violé les droits constitutionnels des personnes devant avoir accès à tel un établissement de santé, à l'encontre de la Charte canadienne des droits et libertés. La Cour a statué en faveur d'Insite, déclarant que les preuves démontrent les avantages conférés par ce service de santé, et qu'Insite « sauve des vies ». Par conséquent, la Cour a ordonné à la ministre d'accorder une exemption permanente.

Cependant, en juin de cette année, le gouvernement a déposé le Projet de Loi C-65, qui décrit les exigences nombreuses et contraignantes auxquelles les groupes cherchant à établir des services semblables doivent se soumettre. Le Projet de Loi C-65 aurait obligé les candidats à faire preuve de l'appui de toute la communauté envers de tels services, ce qui rend plus difficile l'obtention d'une exemption à la Loi réglementant certaines drogues et autres substances (CSDA). Aucun autre service de santé n'est tenu d'obtenir un tel appui de la part des fonctionnaires municipaux, des officiers de police et autres représentants officiels, à qui le Projet de Loi C-65 aurait accordé un droit de véto quant à la prestation de tels soins de santé. Le Projet de Loi C-65 est mort au feuilleton après la prorogation du Parlement au début du mois. Il reste à voir si le gouvernement déposera de nouveau ce projet de loi à la reprise des travaux du Parlement.

« Assurément, le Projet de Loi C-65 créerait des obstacles pratiquement insurmontables pour les candidats, » déclare Scott Bernstein, avocat pour la Pivot Legal Society. « Les tribunaux reconnaissent que de tels obstacles légaux sont inconstitutionnels et mettent en péril la vie et le bien-être des personnes marginalisées. Nous aimerions voir le gouvernement fédéral appuyer des politiques fondées sur les preuves, plutôt que de créer des obstacles fondés sur l'idéologie."

« Le Projet de Loi C-65 est une initiative irresponsable qui fait abstraction à la fois des droits de l'homme et de la preuve abondante que de tels soins de santé sont nécessaires et efficace, » a déclaré Richard Elliott, Directeur général du Réseau juridique canadien VIH/sida. "Plutôt que de poursuivre ses efforts visant à bloquer l'accès aux services de soins de santé, la ministre de la Santé devrait favoriser l'expansion des organismes communautaires, afin de protéger la santé et la sécurité de nos communautés, ainsi que des membres de nos familles et de nos proches souffrant de toxicomanies."

Pour plus d'information :

Donald MacPherson
Directeur
Coalition canadienne des politiques sur les drogues
ccarter@drugpolicy.ca
Téléphone : 778-782-9355

Gilleen Witkowski
Agent de communication et de relations avec les médias
Réseau juridique canadien VIH/sida
gwitkowski@aidslaw.ca
Tél. : 416 595-1666 ext. 236 / 416 906-5554 (cellulaire)

Scott Bernstein
Avocat
PIVOT Legal Society
scott@pivotlegal.org
Tél. : 604-255-9700 x109 /778-228-2992 (cellulaire)

-30-

 

 
  Canadian Drug Policy Coalition
C/O Centre for Applied Research in Mental Health and Addiction
Simon Fraser University
#2400 - 515 West Hastings Street
Vancouver, BC V6B 5K3

Website: www.drugpolicy.ca
 
 
facebook   Be a fan on Facebook
 
twitter   Follow us on Twitter
 
rss     RSS Feed